Utopiales 2003

samedi 8 novembre 2003

Rencontre avec Terry Pratchett

Le samedi 8 novembre 2003 a eu lieu la première conférence de Terry Pratchett en France. Je peux dire avec un grand sourire : "J'y étais!".

Entrée du salon

Avant la rencontre.
Il est tel que sur les photos de ses romans, mais sans son chapeau il est beaucoup moins reconnaissable. Pour ma part, je tournais ma tête de droite à gauche dans l'espoir de le trouver. Je l'ai tout d'abord repéré pendant le débat précédent le sien, mais à ce moment là il était tête nue un petit doute subsistait dans ma tête. Ensuite il est monté à la mezzanine de la cité des congrès de Nantes, et a redescendu les escalators cette fois-ci avec son couvre-chef... et là plus de doute possible, c'était bien l'homme attendu par des dizaines de fans impatients. Car des fans il y en avait. Le salon qui servait à regarder les conférences était déjà plein une demi-heure avant le début de l'interview. Certains diront que c'était pour la représentation précédente, mais à la fin de celle-ci seul une dizaine de personnes se sont levées alors qu'à la fin de la représentation de monsieur Pratchett il n'y avait plus personne. Je ne vous parle pas des gens qui se sont assis dans l'allée centrale, sur les sièges qui ont été ajoutés derrière et le nombre de personnes qui sont restées debout. Il y avait au minimum 200 personnes.

Le personnage.
Alors là mieux que ce que j'aurai pu imaginer. Il a patiemment attendu que les invités précédents se retirent en regardant les oeuvres exposées autour. Et pour tout vous dire, il nous a fait un vrai show une fois sur scène. Il a pris son temps pour parler en articulant bien, on arrivait à comprendre sans la traductrice qui a souffert pendant la durée de la rencontre. De plus il a tenu à satisfaire tous ses fans lors de la séance de dédicaces en poursuivant jusqu'au bout les dédicaces, mais ça je vous en parlerai plus tard.

Les personnes présentes sur l'estrade.
Il y avait de gauche à droite l'animateur Stéphane Manfrédo, l'invité Terry Pratchett, la traductrice Florence Bury (elle aussi est traductrice de romans), et le deuxième invité Patrick Couton (traducteur officiel de Terry Pratchett pour les éditions l'Atalante).

Avant le début de l'interview

La rencontre (le moment tant attendu).
Comme je le disais auparavant, il a fait l'effort de parler très distinctivement pour que nous puissions tous comprendre. Il nous a fait un véritable show en donnant des réponses farfelues, faisant du mime, etc... Ci-dessous quelques unes des questions qui lui ont été posées avec une partie des réponses (je n'ai malheureusement pas pu tout noter donc si un fan a tout enregistré je suis prêt à mettre la rencontre au complet sur le site).

Q: Aviez-vous idée d'une série d'une telle ampleur lorsque vous l'avez commencée?
R: Si j'avais pensé que le disque-monde prendrait une telle ampleur je n'aurai jamais commencé (rires). Quand j'ai écrit le premier je pensais qu'il y en aurait deux. Rendu à trois j'imaginais arriver à cinq livres. Je me suis mis à en écrire deux par ans. Au dixième livre j'ai pensé que quinze était un bon chiffre. Actuellement il y en a une trentaine, j'ai cinquante-cinq ans et mauvaise nouvelle pour vous, mon grand-père a vécu jusqu'à quatre-vingt seize ans. La réponse est non.

Q: Combien de temps passez vous à écrire un livre.
R: La phase de rédaction dure cinq à six mois. C'est sans compter sur le pré travail, la phase de recherche, mon vécu sur les films et livres que j'ai vu... Les gens pensent que je lis 100% de livres qui paraissent et que je regarde 100% des films qui sortent. C'est faux! Je n'en vois que 95%.

Q: Dans quoi puisez-vous votre inspiration?
R: Dans les drogues dures. Comprenez par là la caféine et l'alcool. Dans les années soixante j'ai voulu essayer l'écriture créatrice sous l'effet de la drogue. J'en ai donc acheté, j'en ai pris et je me suis mis devant ma machine à écrire (séance de mime nous montrant les effets désastreux en parlant de manière saccadée) "Ohhhhhhhhh! Un clavierrr! Avec des touchessss! Il y a tous les mots sur ce clavier!". En conclusion il ne faut pas prendre de drogue, sinon on devient des hippies, on baptise sa fille Galadrielle et là tout espoir est perdu.

Q: Pourquoi avoir utilisé une mythologie farfelue avec un monde sur une tortue et des éléphants?
R: Il y a de nombreuses civilisations qui sont basées sur les tortues. Il ne faut surtout pas dire que c'est farfelu ou vous risquez de voir des hindous envahir le batiment et faire des choses terribles, comme boire du lait... Et pourquoi ce serait plus farfelu qu'un monde sous forme de boule de terre dont le centre est rempli de magma en fusion?

Pendant l'interview

Q du public: Est-ce que le disque-monde va quelque part?
R: Oui! Vous croyez que j'ai des plans? Je ne sais pas ce qui va se passer. La tortue se meut (The turttle keeps moving). Continuez à acheter les livres ou je butte la tortue.

Q du public: Où en est le projet d'adaptation cinématographique du livre "De Bons Présages" par terry Gilliams?
R: Actuellement le film est au plus bas, ça fait déjà dix ans qu'on en parle. La réalisation d'un film c'est comme des montagnes russes, ça monte, ça descend en permanence. Actuellement on est rendu au plus bas du circuit, juste avant de rentrer dans l'eau, à l'endroit où tout le monde vomit. Neil Gaiman ne croira à ce film qu'au moment où il sortira de la limousine pour avancer sur le tapis rouge devant la première représentation. Pour ma part je n'y croirai que quand je verrai le titre s'afficher sur l'écran... et encore. Les producteurs américains essaient d'avoir les droits de mes oeuvres en me promettant de l'argent. A cela je leur rétorque que l'argent j'en ai. Etes vous capable de me rendre heureux? Les droits je les laisse à ma fille et elle en fera ce qu'elle voudra à ma mort. Je ne suis pas pour les adaptations de mes oeuvres et de tout le merchandising qui en découlerait. Si le bout de votre sabre laser venait à se casser, vous ne pourriez pas vous plaindre à Georges Lucas, il s'en fout. En revanche si un produit dérivé du disque-monde a un défaut c'est moi qui reçoit les plaintes. Actuellement il y a peu de produits dérivés sur le disque-monde et cela me convient.

Q du public: Que faisiez-vous avant d'écrire?
R: Je travaillais en tant que journaliste. Puis quelques années avant de vivre du disque-monde j'étais chargé de communication pour un groupe de quatre centrales nucléaires. Mon boulot consistait à persuader les gens par l'intermédiaire de la presse que tout se passait bien. "Tout va bien! Il n'y a pas de fuite. Bon d'accord il y a eu une fuite, mais une toute petite. D'ailleurs la preuve, vous ne l'avez même pas remarquée." Apres avoir commencé à écrire, le titre suivant est apparu dans la presse : "Un chargé de communication pour des usines nucléaires écrit de la fantasy, comment fait-il la différence?", et là j'ai rétorqué "Quelle différence?"

Quelques phrases dont je ne situe plus les questions:

R: Chez moi j'ai un bouquin qui doit dater de 1885 dans lequel on croyait que plus l'eau était profonde et plus la densité de l'eau augmentait. Ce qui faisait que quand un bateau sombrait dans une mer profonde il ne pouvait jamais toucher le fond car plus il s'enfonçait et plus l'eau devenait dense. J'aime à imaginer un bateau qui aurait coulé depuis des années, le squelette du capitaine toujours à la barre et navigant éternellement entre deux eaux.

R: Il ne faut jamais demander à un homme en équilibre sur une corde raide comment il fait pour garder son équilibre. Car premièrement il n'en sait rien, et deuxièmement au moment où il va y réfléchir, il a toutes les chances de tomber.

R: Des fois on entend des personnes dire "Ferme le rideau ou le froid va rentrer", alors que le froid n'existe pas. Il n'existe que la chaleur et l'absence de chaleur.

R: J'aime bien écrire des histoires avec des nouveaux personnages. C’est facile d'intégrer La Mort dans une histoire, il est très populaire, je sais que ça fera un succès. Mais pour ma santé mentale c'est mieux de créer des nouveaux personnages, c'est plus gratifiant. J'aurai pu essayer d'écrire trente livres sur Rincevent et le bagage, sauf que je n'en aurai écrit que treize puis je me serai tiré une balle dans la tête.

R: Quand l'électricité a été découverte, l'armée française a continué à utiliser les systèmes sémaphore et disant que l'électricité ne serait qu'un effet de mode. De là j'ai imaginé un réseau du type internet avec un système sémaphore. Et j'ai trouvé le moyen d'y insérer un virus. C'est même très facile, vous verrez.

Patrick Couton posant pour moi après une dédicace

Suite à cette interview, une série de dédicaces a été organisée. Autant dire que ceux qui ont trainé pour se mettre dans la file d'attente l'ont regretté. J'en sais quelquechose vu que j'ai profité de la fin de l'interview pour aller voir Patrick Couton pour discuter et avoir une dédicace de ce grand traducteur (pour info traducteur n'est pas son métier principal). Et je me suis mis dans la file d'attente... J'ai attendu 2h30 pour arriver enfin devant l'auteur tant convoité et il y avait encore du monde derrière moi. C'est là que je reviens sur le grand professionalisme de l'auteur et du respect qu'il a envers ses fans. Contrairement à ce qu'aurait fait d'autres auteurs en arrêtant la séance de dédicaces, il a tenu à signer jusqu'au livre du dernier fan. Je pense qu'il en a eu pour plus de trois heures au total. Le lendemain il a de nouveau fait une séance de dédicaces. Certains fan ont voulu lui offrir des petits cadeaux ou même lui rendre hommage. Pour l'hommage j'ai en mémoire un petit groupe du serveur irc.multimondes.net (channel #disque-monde et #tolkiendil) qui se sont prosternés genou droit à terre, chapeau bas et tete contre la table en lançant "De Chelonian Mobile!" (La tortue se meut). L'auteur a ajouté en rigolant à Absurd_Jedi qui ne s'est pas relevé (et qui a tenu que j'ajoute ce passage) "Pourquoi ne vous cognez-vous pas la tête sur la table?" ce qu'il s'est empressé de faire. Sur les dédicaces qui étaient préparées en fonction du livre qu'on lui présentait, il a fait l'effort d'écrire en français sur les livres en français.

Terry Pratchett en pleine dédicace

Et chose que j'ai particulièrement apprécié, c'est la présence de patrick Coutton côte à côte avec Terry Pratchett pour les dédicaces. Il le méritait vu la qualité de ses traductions.

Terry Pratchett et Patrick Couton côte à côte lors des dédicaces

Personnelement je suis très content de cette journée et les 2h30 d'attente m'ont permis de faire connaissance avec d'autres fans. Vivement son prochain passage en France qu'il ne faudra pas manquer.