Rubrique de Fans

Une journée à L’Université Invisible (nom provisoire)

L’université Invisible, plus grande école de magie du Disque-Monde, et aussi le plus grand et ancien…
Clicliclicliclicliclic… Un bruit dans le couloir, qui, au fur et à mesure qu’il se rapproche, se double d’un «bambambambambambambam…». Puis un cri : «Tous aux abrtafemmeestungroshippopotame!»
- «Marmonemarmonemarmonequ’est ce que tu fous là, toi? Un étudiant dans les couloirs, en plein milieu du trimestre, on aura vraiment tout vumarmonemarmonemarmone!
- Mais je suis Estudiant esternel en physique des hautes énergies. Je suis un mage, môssieur! J’ai mon diplôme! Guybrushthedwarf, L. ès C.O.N.!».
Guybrushthedwarf est un des rares qui, après l’obtention de leur diplôme, aient décidé de continuer à son poste d’étudiant.
- «Veux pas le savoir! T’as un uniforme d’étudiant, alors t’es qu’un p’tit merdeux d’étudiant!
- Mais, je…
- Hein? Quedonc? Quequidi?»
Ce dernier, ah, comment dire? c’est Yann, le doyen. Sourd commer un pot, mais encore hargneux et fort lorsqu’il s’agit de pousser son fauteuil roulant à fond dans les couloirs de l’UI. Ce fauteuil est composé essentiellement de bouts de ferraille récupérés sur...
- Pssst, ils sont récupérés sur quoi les bouts de ferraille? Comment ça tu sais pas? Ben faudrait peut-être savoir, j’ai l’air d’un con autrement, moi, à parler de mes bouts de ferraille alors que je ne sais même pas sur quoi ils sont récupérés!
- … Ben, en fait, personne ne sait exactement sur quoi, mais ils sont tout de même récupérés sur quelque chose [1], c’est sur, vu le caractère hétéroclyte du fauteuil lorsqu’on le voit débouler. A ce propos, une chose dont on est vraiment, mais alors vraiment sure, c’est que lorsqu’on l’entend arriver dans les couloirs, le premier réflexe que quiconque acquiert très vite, est de se plaquer contre le mur [2], ou de rentrer le plus vite possible dans la pièce la plus proche, quoique la perte de temps engendrée ait souvent des effets déésastreux sur la salubritéé du batiment [3].
- «Rien! hurla l’estudiantin.
- Messieurs, allons, enfin, ne vous énervez pas!
- Et merde! Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça? Bonjour, monsieur le recteur! Nous chérissons votre nom de Brancaléone da Norcia!
- Brancaléone da Norcia quoi, monsieur le peigneur de nains?
- Brancaléone da Norcia le Magnifique!
- Ah, c’est mieux!
- Tu parles, marmonemarmonemarmone, espèce de vieux con mégalo! Tu paies rien pour attendre!» Pouff!
- «Crôa!
- Aurais-je mal entendu?
- Crôa Crôa!
- Ah bon? …
- Oh, la belle grenouille toute mimi-mignonne!
- Econome, je vous prierai de ne pas toucher à cela!
- Crôacrôacrôacrôacrôacrôacrôa! [4]
- Bon, qu’est-ce qu’on dit pour s’excuser?
- Crôa!
- C’est bien!» Pouff!
- «Ben dites-donc, j’ai bien cru que j’allais y rester!
- L’a pu la grenouille!
- Econome, veuillez avaler cette pilule s’il vous plait!
- Gloups! … Ben, qu’est-ce que je fais là, moi?»
Les deux derniers personnages méritent d’être présentés. Le premier est Brancaléone da Norcia, le recteur [5] de l’UINP. Un homme megalomane, mais d’une grande bonté et d’une grande sincérité [6] Entendez tout de même par sincérité qu’il ne mache pas ses mots et que lorsqu’il n’est pas content après vous, il vous le fait savoir (généralement par un «pouff» précédemment évoqué, ainsi qu’un «je ne suis pas content/d’accord/bête/autre -biffer les mentions inutiles- ). Il est depuis son accession au poste de recteur si préétentieux qu’il s’affuble de titres ronflants tels que Brancalééone da Norcia le Magnifique, le sublime, voire le suprèème. Il a l’habitude édéconcertante de placer des points d’exclamation àà la fin de presque toutes ses phrases.
L’économe, quant à lui, ce fanatique répondant au nom de Dexter, se décrit lui-même, dans ses rares moments de lucidité, comme un être paranoïde et schizophrène. Il a tout du complet psychopathe, et la seule ressource que les autres membres de l’UINP aient trouvée contre ses tendances au jeu de mots grivois pour n’importe quel mot prononcé [7] est la cure de pilules de grenouilles séchées permanente, prises à heures régulières, ce qui a comme effet de 1- le plonger dans un état second proche du sommeil artificiel et 2- de produire des périodes de manque horribles (pour les autres membres de la faculté) pendant lesquelles les couverts en bois sont vivement déconseillés, ainsi que la consommation de sucre.
- «Messieurs, je voudrais vous trouver dans la Salle Peu Commune d’ici quinze minutes! Débrouillez-vous pour réunir les autres!»

La Salle peu commune est la salle de réunion-banquets de l’établissement. Comme par magie [7a], les quinze minutes écoulées virent tous les représentants de la faculté réunis dans la grande salle en question.
Onze ho… huma… ge… Bon, des créatures, quoi! Parmi eux, avec les quatre ayant déjà été présentés, se trouvaient (de gauche à droite) le Bibliothécaire de l’UINP, sin… anthropoïde répondant à l’appellation de Gourou [9], et des plus susceptibles en ce qui concerne sa forme de sin… d’anthropoïde [10]. Il ne sait dire que «Ook», mais, fait étonnant, tout le monde le comprend. Personne n’a le droit de l’appeler singe, et… BAFFFFFF! Ailleuh! Quelqu’un a-t’il relevéé le numééro de cette charrette? Bon, que disais-je? Ah, oui. Donc, il a une trèès bonne ouïïe. A noter, çça! Puis Kaz, ««Les runes»», membre trèès mysétérieux de la facuélté, qui née répond que rarement aux questions qu’on lui pose, il n’a d’ailleurs jamais vouléu préciser de quelles runeés il était l’homme, anciennes ou moderénes. Déplacez-vous encore un peu vers la droitée, et découvrez Sandrine, la Conseilèléère en Désorientation. Son poste est peut-êêtre celui dont le nom est le plus significatif, car il consiste en effet en des conseils sans aucune aide et dées plus déconceértants semés àà tout vat et mêême quelquefois sans aucun rapport avec le suéjet concerné. C’est une des trois seules femmes &agréaéve;à avéoir été acceptéesà à l’UINP. Tournez-vous encore un peu et vous épourrez ainsi dévisager le Chercheur en Anciens Rites Occultes et Maégiques qui n’Intéressent Personne [11], REM, qui cherche, cherchée, comme un enragé, maiés ce qu’il a de séépécial (et quié a créé de nombreux débats au sein du PCF)c’eést qu’il trouve. Malgré les remaréques de toute la Faculté sur son poste de chercheur, et non pas de trouveur, il ne peut s’emêpêcher d’abreuver les béanquets de l’UI de ses résultats de recéherches, ce qui a comme résultat de faire terminer les repas beaucoup plus tard (Deux heures de sommeiàl à table pendanté un repas allongent considérabléement le temps pasàsé à ripailler). Puiés une charmante damoiselle répondant au doux nom de Sophie, et qui occupe le poste de Professeur en magie statistique. En tant quée professeur et donc Mage supérieur du groupement de Maégie Statistique, elle est sensée doénner des cours aux horribles créatures éportant l’appellation d’éèélèves, ce qu’elle fait régèulièrement, en suivàant à la lettre son emploi du temps, et contraireàment à toutes les remarques que quiconque pourra lui faire. Seulemenét, il y a une particulàarité à ces cours c’est qu’ils se font sans parler, mais plutôôt en mangeéant et ripaillant, et sanès élèves. En fait, ils se font dans la salle é3B. Un petit peu plus de cotàé… voiàlà. Et là, vous tombez sur, ou plutôôt sous le réegard perççant et sadique de Tétishery, laé Tituléaire éde la Chaiérée des Etudes Indéterminées. Tétishery a été la étoute èpremière femme &agréave;acceptée à l’UéINP, ce qui a dàonné lieu àà l’époque à de nombreuses disàputes jusqu’à ce que celle-ci y mette un terme par plusieurs ««Pouff!»» et beaucoup de« «côrôa»!» Elle est cruelle et force les noàuveaux venus à des tââches plus horribles les une que les autres, comme le nettoyage de ses armoires. Elle pourrait d’ailleurés, vu le nombre qu’elle eèn possède, créer un éA espaéce, qui perémattrait aux voyageurs non expérimentés en nettoyége d’armoires de se retrouver plus facilàement eêt être à l’heure pour les repas. Elle est aussi toujours de mauvaise humeur, ce qui lui donne faim. Et d’ailleurs, quand elle a faim, elle est de mauvaise humeuàré! Enfin, tout à droite se trouve le éMaîître de Conférence en Linguistique Magique,é doublé du technicien deé Surface actuel de Tàétishery, jusqu’à él’arréivée d’un nouveau membre. Celui-ci, fraichement débarqué éd’unée petite îîle proche des terres d’Howonda subit les désagréments d’un manque d’A espace, mais garde l’espoir que sa condition s’arrange un jour et qu’il puisése donc se consàacrer pleinement à sonô rôle de conférencier, ce qui veut dire dormir, manger, dormir, manger, donner un écours en salle 3B, dormir… Oh, au fait, il s’appelle Brisebéton.

- «Bon, bande de petits salopards, y’en a marre, hurla Brancaléone Danorcia, le recteur, ces salauds de la guilde des voleurs s’amusent à nous provoquer depuis quelques semaines, et comme nous n’avons, n’est-ce pas, pas l’habitude de nous laisser faire, je lui ai proposé de nous mesurer.
- Vous contre la Guilde des Voleurs? s’étonna Brisebéton.
- Non, espèce de rebus de… Excusez-moi, je m’emballe un peu. Nous avons pensé à un jeu qui fait fureur à Ankh Morpork depuis quelques semaines, et qui est assez proche de l’«Aargrouah» troll, mais se joue sans chaussures en obsidienne et avec un ballon de caoutchouc recouvert de peau de nubuck. Ca s’appelle le Foute-Balle. Ca se joue à onze par équipe, et comme nous sommes onze…
- Ouais, c’est ça, on n’a qu’à diminuer le nombre de joueurs de l’autre côté dès le début du match, s’écria le doyen.
- Euh, non, j’ai promis que nous ne nous servirions pas de magie pour gagner, pendant qu’ils nous laisseront tous nos biens malgré que les quotas soient très durs à réaliser ces temps-ci.
- Ouais, et une fois qu’ils auront perdu, on les pendra bien haut par leur figuin, s’emballa encore une fois le doyen.
- Pas question! Nous voulons être crains et respectés, mais pas effrayer la population, tout de même!
- Alors on ira prendre un coup après la partie, s’en mèla Sophie.
- On verra… Vos conseils ne sont de toute façon pas des meilleurs! Alors, vous êtes partants?
Un chœur d’acclamations mèlées de «oui» et de «ouais» apparement très motivés, ainsi que des menaces du doyen s’éleva, avant que Brancaléone da Norcia ne lève la main afin de calmer tout le monde.
- Bien, alors préparez-vous, je vous veux dans le jardin dans deux heures! La guilde des voleurs sera présente!»

Deux heures plus tard, et après un long moment à manger de nombreuses victuailles dans la salle à manger, tous se retrouvèrent dans le jardin de l’UI, seul domaine d’Ankh-Morpork encore recouvert d’herbe et plat [12]. Le doyen, lui, emporté par son enthousiasme, était arrivé dix minutes en avances, un exploit pour un mage. De nombreux spectateurs s’étaient ammassés sur le bord du terrain improvisé, malgré la volonté des propriéétaires de la facultéé de ne pasé épandre le bruit de la confrontation. Malheureusement, tout se sait à Ankh- Morpork, ené déjàà on entendait les ««Saucisses, saucisses dans des p’tits pains! Avec de la moutarde! Une piaste seulement! Et làà, je me tranche la gorge!»» de Planteur JMTLG. Deux gardes du guet de nuit se trouvaient àlà aussi, maélgré leurs tendanceàs éà s’éloigner des foules dèès qu’ils le pouvaient, épour éviter les cas malheureux oùù il y aurait quelqu’àun à arrêêter.
Tous les participants entrèrent sur le terrain, habillés de longs maillots bariolés.
- «Je ne suis pas sur que nous aurions du confier le choix des couleurs de maillots à l’économe. Il a beau dire que le mélange du verdâtre et du violet donne de l’octarine, ça me donne envie de vomir!»
- Ca ne peut que faire à notre avantage, Recteur, si nos adversaires sont malades pendant la recontre, nous n’en aurons que plus de chances de gagner!
- Très bonne remarque, REM!
- Ook!»
«Tous les participants sur le terrain, ainsi que les arbitres! Le match va commencer! Il sera présidé par Brancaléone da Norcia, le recteur de l’Université Invisible (nom provisoire), ainsi que par le Professeur Principal de la Guilde des Voleurs, et il sera commenté par le docteur Sédatiphe, de la Guilde des assassins, les seuls en qui on peut avoir confiance dès lors qu ‘il n’ont pas été payés.»
L’entrée des joueurs se fit sous les acclamations déchaînées du public.
- «Ook?
- Quoi, les règles du jeu?
- Oook!
- Ah, oui, bien sur! Bon, vous prenez le ballon et ne jouez qu’avec les pieds. Vous devez ensuite l’emmener, sans vous le faire prendre par l’autre équipe, jusqu’au camp adverse, et le tirer dans les buts afin de marquer un point. Oh, au fait, il nous faut un gardien de buts. Qu’en dites-vous, bibliothécaire? Avec votre condition de sin… d’anthropoîde, vous nous seriez d’un grand secours, grâce à vos bras/jambes interchangeables ainsi qu’à la longueur des membres en question!
- Ook.
- Bien, ça, c’est réglé!

«Messieurs, préparez-vous pour le coup d’envoi. Attention, c’est parti! Et sous les acclamations de la foule, l’équipe de la Guilde des voleurs engage le jeu, tandis que Sophie, le Professeur de Magie Statistique de l’UI est montée sur le fauteuil du Doyen, et qu’elle le pousse à travers le terrain, sur les talons des voleurs. Maispendantcetempslesvoleursenprofitentpourapprocherdubut, ilstirent… ettrèsbelarretdugardiendebut, quiest, maisoui, je n’y crois pas, un -Quoi? Comment ça, il faut que je me calme? Ah. Bon. Quoi, encore? Un anthropoïde? Vous êtes sûr? Bien sûr, que je tiens à rester en vie! Bon, d’accord.- un anthropoïde, pendu par un bras à la barre transversale, et arrêtant les tirs de l’autre, ainsi que des jambes. Alors que Kaz et Tétishéry montent tous les deux vers les buts adverses en passant la défense des voleurs avec une facilité surprenante, et But! But de Tétishéry pour l’ééquipe de l’Universitéé Invisible, sur une passe plongeante de Kaz. Mais, Comment? L’arbitre refuse le but! Le public siffle, crie! Ah, mais puisque sentant que le bibliotéhécaire essaie de luié dévisser la têête avec trois mains, il revient donc sur séa décision. 1-0 pour l’Univeérsité Invisible.»»

Arrivé à ce moment de l’Histoire, que le bon sens aurait voulu, voire ordonné que nous censurions, je prends les choses en mains pour vous raconter la suite, qui se déroula avec une vitesse extrème. Les Voleurs, échauffés par le but qu’ils venaient tout juste de se prendre dans le figuin, selon l’expression donnée au moment de l’action par Dexter, et ce que clamaient en chœur tous les supporters, revinrent au score par une contre-attaque rondement menée pendant que les spectateurs de la Guilde des voleurs donnaient à Gourou, le bibliothécaire, foule de bananananananananananes et cacahuètes, afin de l’écarter de sa place. Les mages se reprirent alors en chargeant à la manière des hippopotames de l’Ankh, sur les monte-en-l’air, et le fauteuil du Doyen passa, alourdi de Brisebéton et REM, sur le dos de l’arbitre, qui n’avait qu’à courir plus vite. Celui-ci se releva, tout sale et crottéé.
- «Aille, ça fait mal, ça! Non mais, vous pourriez faire attention!
- MONSIEUR SIFFLET, ARBITRE DE FOUTE-BALLE?
- Oui?
- VOUS VOULEZ BIEN ME SUIVRE?
- Euh, oui. Vous êtes la Mort, n’est-ce pas?
- EXACT.»
Déjà, le décor commençait à s’estomper, laissant place à un désert de sable qui lui sembla infini.
- Et je vais où, maintenant? Monsieur? Monsieur…? J’espère qu’il n’y aura pas de ballons ni de buts, en tout cas…

Mais revenons au match, qui, pendant ce temps, avait bien avancé [13]. C’est alors que la foule ammassée autour du terrain, et poussant un chouïa trop sur les barrières qui se brisèrent, envahit le terrain, en poussant des hurlements. Une fois tout le monde dissipé, les mages, qui avaient tout de même réussi à se réfugier dans une bulle de protection thaumique créée par Guybrushthedwarf au tout dernier moment, regardèrent le champ de bataille dévasté et déserté.
- «Bon. Bien. Ah.
- Ook.
- Oui, aussi. Allez, allons boire un verre!
- Sieste ma faire de temps est qu’il crois je.
- Econome, avalez ceci. On y va? Et tout le monde paie ses consos!
- Vous êtes sûr, Recteur?
- Oui. Ils sont tous partis, alors j’imagine qu’on a gagné par forfait! Allons fêter ça!

- «Qu’est-ce que ce sera? demanda le patron du Tambour Raffistolé.
- Une bière.
- Chimay Bleue.
- Un lait pour l’économe, et un Constricteur pour moi.
- Ook.
- Café Klatchien. J’ai mal au crane.
- Frottis
- Truc bizarre sur votre étagère. Avec des vers dedans. J’en ai toujours eu envie.
- Chaispasquoi à l’Anis.
- Soufre en ébullition. Oui, j’aime bien les apéros Troll
- Et vous, «Les Runes»?
- Euh, je sais pas. Un vin…
- Ah, ah, s’en mèla le patron de la taverne. Alors là, j’ai du très bon vin des terres d’Howonda. Je vous en sers un ballon?
- QUOI?
- Non, enfin, je disais juste, vous en voulez un ballon?
- Je ne veux plus jamais qu’on me parle de ballons, plus jamais!

Alors, pendant que l’assistant des runes frisait la crise d’épileptie, et que Sandrine, Sophie et Tétishéry, essayaient de le calmer, l’image s’éloigna, grâce à un très beau travelling, relayé par des images de synthèse pour nous montrer une tortue, portant quatre éléphants sur son dos, qui eux portaient un genre de pizza géologique, mais sans les anchois…

Fin

Dexter, l'économe paranoïde et schizophrène sus-nommé.